Mon enfant à l’école, mon combat

Nous sommes en 2021 et la notion d’inclusion n’a jamais été aussi forte dans la société et dans les objectifs du service public.

Et aujourd’hui encore, beaucoup de parents n’ont pas pu scolariser leur enfant atteint d’un handicap. « Mon fils est déscolarisé depuis 2019 », « je ne trouve aucune place pour mon enfant », « Nous sommes à 3 jours de la rentrée et je ne sais toujours pas s’il est pris en charge par l’école » … Ces inquiétudes se répètent chaque année et elles résument l’incroyable théâtre des émotions par lequel passent les parents lorsqu’il s’agit de scolariser leur enfant.

Les 12 travaux d’Hercule pour scolariser son enfant

Les parents sont d’abord confrontés à un labyrinthe administratif. On commence par l’apprentissage d’un nombre incalculable d’interlocuteurs, de dispositifs et de sigles (MDPH, CDAPH, PPS, ULIS…). Un dédale d’étapes pour comprendre ses droits, les faire reconnaître et pousser la prise en charge de son enfant.

Complétez ce cocktail de difficultés d’un délai d’attente incroyablement long pour pouvoir bénéficier d’un accompagnement. Il arrive de devoir attendre jusqu’à 4 ans pour obtenir la scolarisation de son enfant. A cela s’ajoutent des inégalités territoriales car les départements ne disposent pas des mêmes dispositifs en matière de scolarisation.

La notion de prise en charge est elle aussi à géométrie variable. Un enfant peut être considéré scolarisé administrativement alors qu’il n’est pris en charge qu’une demi-journée par semaine.

La destinée des dilemmes

Le cas de Pierre est révélateur. Son fils de 8 ans est apte à suivre des cours ordinaires mais avec une vitesse d’apprentissage dégradée et un besoin en assistance informatique. Son pédiatre estime qu’il doit suivre un cursus dans une classe ordinaire. La psychologue de l’école diagnostique des difficultés trop grandes et propose un centre spécialisé.

Evidemment, aucun de ces spécialistes ne va provoquer un échange pour croiser leurs avis et trouver une alternative. Pierre est seul face à l’incertitude. Et sa situation n’est pas isolée. Chaque cas de scolarisation d’un enfant avec un handicap ouvre la porte de dilemmes insolubles pour les parents.

Et tant d’autres combats chaque jour

Ce ne sont que des exemples, et derrière ces quelques exemples mis sur papier, ce sont des heures, des jours et des années d’un quotidien sous pression que vivent les parents désireux de trouver une place pour scolariser leur enfant.

C’est un combat qui en vaut la peine. Un enfant en situation de handicap doit bénéficier des mêmes chances que les autres pour apprendre le monde, pour se trouver une place dans la société. C’est un combat que nous menons et qui appelle à la prise de conscience de chacun.

X