[Légion d’honneur]

Ce 13 juillet, notre Directeur Général a rejoint l’ordre des Chevaliers de Légion d’honneur.

A cette occasion, nous vous proposons de revenir plus en détail sur cette haute distinction :

La Légion d’honneur, comme l’ordre national du Mérite, présente la particularité selon laquelle l’inscription à un décret du Président de la République ne suffit pas pour être membre de l’ordre ni pour se prévaloir d’une promotion interne à l’ordre. La remise de l’insigne est obligatoire selon un cérémonial rigoureusement défini, y compris la signature d’un procès-verbal, à partir duquel le Grand chancelier adresse ensuite un brevet au nouveau décoré. Ce brevet est signé par le président de la République, Grand maître de l’ordre.

La Légion d’honneur est la plus élevée des distinctions françaises et l’une des plus connues dans le monde.

Elle a été instituée par Napoléon Bonaparte, Premier consul, le 29 floréal de l’an 10, ce qui correspond au 19 mai 1802.

La Légion d’honneur est un ordre à la fois civil et militaire.

Ce double caractère, civil et militaire, a été une volonté du général Bonaparte, qui y voyait un ferment de l’unité nationale pour distinguer les élites après le chaos de la Révolution. « Je veux décorer mes soldats et mes savants ».

La Légion d’honneur traduit la reconnaissance des mérites éminents pour des services rendus à la Nation. Les mérites éminents se définissent comme une synthèse de l’excellence dans différents domaines d’activité, par un apport au bien commun ou au rayonnement de la France.

La Légion d’honneur a un caractère universel, parce qu’elle s’applique à tous les secteurs d’activité, qui évoluent avec le temps, mais qui sont toujours le reflet de la société contemporaine, quelle que soit la période considérée. Ce qui explique la très grande diversité des situations prises en considération.

La Légion d’honneur a aussi un caractère universel, parce qu’elle peut être décernée à tous les citoyens, sans tenir compte d’une hiérarchie professionnelle. Par exemple, elle récompense aussi bien un artisan qu’un grand patron d’industrie, une institutrice ou un président d’université, une infirmière ou un professeur de médecine. A ce sujet, l’expression de Napoléon était la suivante « Je récompense les princes et les tambours ».

La Légion d’honneur est aussi un symbole de continuité. Deux empereurs, trois rois et cinq républiques ont succédé à Bonaparte Premier consul et l’ont conservée et réaffirmée comme premier ordre national. Depuis plus de deux siècles, elle a traversé tous les régimes, toutes les guerres et toutes les crises que la France a connus.

Elle est intemporelle parce qu’elle touche a quelque chose d’essentiel dans la vie des nations, bien au-delà des mutations politiques, sociétales et technologiques.

Elle comporte trois grades (chevalier pour 80% des légionnaires, officier pour 17% et commandeur pour 3%) et deux dignités (grand officier et grand’ croix).

Elle est un symbole fort, reconnu et fédérateur. Elle est profondément ancrée dans la société française, dont elle est un marqueur puissant.

Au niveau national, les décorés de la LH sont environ 90 000.

Le flux annuel pour trois ans est précisé par un décret (actu 5 mars 2021).

 

Grand croix Gd Off Commandeur Officier Chevalier Total
Civil 3 7 35 150 1155 1350
Militaire 3 5 36 196 775 1015
Total 6 12 71 346 1930 2365

 

Dans le Puy-de-Dôme

Promotion civile « du 1er janvier 2021 »

Commandeur : 1

Officier :           1

Chevalier :       5 (dont une posthume)

Texte de : Jean-Paul Varenne-Paquet, Société des membres de la Légion d’honneur, Officier général en 2ème Section –

X